En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.

GALERIE BRISSOT

art et communication
Situation dans le site : ACTUALITES & VERNISSAGES » PEINTURE » Robert Brandy
Recherche
Traductions du site
Menu
 

Robert Brandy



Image Robert Brandy
Pénétrer dans l’atelier de Robert Brandy c’est comme le dit Jean Portante dans son texte « Brandy : la peinture et son double », ouvrir plusieurs mondes en apparence dissemblables : celui du collectionneur de voitures de sport, puis celui inventeur de double, et poser alors le regard sur la table de travail. Reprenons les paroles de Jean Portante : « Là, c’est d’abord une table de travail parsemée de poudres polychromes qui happe le regard : du bleu presque andalou allant se jeter dans le vert et le rouge, du jaune aussi, et toutes les nuances que cela évoque et provoque, éparses comme si s’y trouvait la somme de tous les tableaux déjà peints et encore à peindre de Brandy. Car ce dernier est, artistiquement parlant, le fils de ce qu’on appelle le «support-surface», cette école qui veut que le peintre tende et traite lui-même sa toile et fasse lui-même ses couleurs, à partir de pigments notamment. C’est à Aix-en-Provence qu’il a appris cela. De Vincent Bioulès. La seule chose que lui ait apportée l’Académie. Tout le reste, l’essentiel, il l’a puisé à l’intérieur de lui-même. » In Brandy : « la peinture et son double » Jean Portante



Image Ensemble intégré
40 x 50 x 15 cm
Entre passé et présent

Extraits du livre " Robert Brandy " publié aux éditions PHI et galerie la Cité
Lucien Kayser, Claude Lorent, Joseph Paul Schneider, Jean Sorrente.

La ( bonne ) surprise pour tous ceux qui fréquentent l'oeuvre de Brandy, ce furent cependant les " bôites".
Ces oeuvres ouvertes sur deux faces permettent des " visions multiples et inventives : objets divers souvent métamorphosés, champs picturaux plus développés que par le passé, combinaison de formes et d'espaces-plans dans une perspective architecture-sculpture-peinture, accentuent pour le spectateur, l'aspect re-création du monde suivant son propre désir et sa proche imagination.
Robert Brandy, peintre d'instinct autant que de réflexion, a su exprimer son besoin de toujours faire autre chose, de rechercher des nouvelles techniques, de nouveaux matériaux, ou encore des approches inédites- avec ou sans référence au visible- pour trouver, dans l'oeuvre elle-m^me, sa raison d'être :
"l'essentiel, est ce qui se passe à l'intérieur de la surface peinte".



Image Composition Overcovered
100 x 120 cm

La technique du collage
Source
Wikipédia: opération ayant pour resultat de mettre en relief des textures et de créer un nouvel espace plastique.
Évolution
Jusqu'en 1941 le collage fait progresser les techniques de création, selon les principes des différents mouvement artistiques.
On peut ainsi distinguer la période d'innovation cubiste, des artistes comme Braque et Picasso revenant à des compositions plus lisibles en recourant au collage, qui permet aussi de réorganiser l'espace du tableau en créant des plans supplémentaires.
De 1918 à 1931 dadaïstes et surréalistes manifestent à travers le collage leur volonté de perturber l'ordre établi, de libérer l'homme du règne du rationnel. Ils manipulent de diverses manières des matériaux très variés: en 1918 Raoul Hausmann, Hannah Hoch et John Heartfield se servent de photographies qu'ils découpent pour manipuler l'actualité politique; en 1919 Max Ernst emploie des gravures anciennes pour en faire des collages qu'il réunit ensuite dans des romans fantastiques; en 1927 André Masson jette du sable sur des figures délimitées par la colle déposée sur le support.
En parallèle à l'activité subversive des dadaïstes et des surréalistes, de 1914 à 1941 se développe une pratique plus posée du collage, en particulier tournée vers la décoration. Ainsi Henri Matisse réalise-t-il de grandes gouaches découpées pour faire des maquettes, par exemple celles des vitraux de la chapelle du Rosaire à Vence.
Depuis 1941 on assiste à une certaine banalisation, puisque presque tous les peintres pratiquent le collage et le public devient familier avec cette technique grâce à de très nombeuses expositions. Cependant quelques artistes se distinguent, comme Jean Dubuffet qui emploie le collage pour souligner la sensualité des images et le dynamisme des compositions, Jiri Kolar qui théorise le collage en opérant des distinctions précises entre les différents procédés utilisés, Bernard Réquichot qui pratique l'accumulation et la répétition d'une même image (aliments, animaux) pour provoquer le dégoût
Aujourd'hui, le collage est une technique largement utilisée et de nombreux assemblages se retrouvent dans tous les musées et expositions du monde.
Il existe également en France un musée consacré exclusivement à l'art du collage (Artcolle) et ses techniques, qui édite de nombreux livres, tant sur l'histoire de cet art que sur ses techniques.
Révolution esthétique
Le collage a renouvelé la pratique de l'art, en remettant en cause la représentation classique de la réalité, la fabrication de l'image, pour rapprocher l'art et la vie, la réalité faisant désormais partie intégrante de l'oeuvre, à travers les matériaux utilisés, « tout le bric-à-brac qui traîne dans les cabinets de débarras ou sur les tas d'ordures » selon Kurt Schwittsers qui privilégie les objets usagés, abimés, « parce qu'il n'y a rien de parfaitement propre dans la vie, ni les hommes, ni les meubles, ni les sentiments.»


          " Dix septième salon de l'art du collage  "

         " L'art du collage dans tous ses états  "

         Les Hauts de Belleville
         43, rue du Borrego 75020 PARIS
         ( métro Télégraphe / St Fargeau / Porte des Lilas )
         Entrée Libre
         Ouvert de 15 heures  à 19 heures -  Fermé le dimanche