En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.

GALERIE BRISSOT

art et communication
Situation dans le site : ACTUALITES & VERNISSAGES » PEINTURE » Isabelle Grangé
Recherche
Traductions du site
Menu
 

Isabelle Grangé


Être abstrait aujourd'hui, ne pas donner l'afflux d'images surexposées, tel est le défi. Isabelle Grangé nous oblige à nous poser pour regarder. Nous sommes à ce point de passage entre la lumière et l'ombre, encore éblouis, que nous devons attendre pour que l'oeil trouve les sentes d'une nouvelle acuité.
Terre et eau ne se dévoilent jamais réellement, séparés à la limite.
Le geste précis d'une technique volontaire pour que l'incantation ouvre l'espace : pigments de terre de Sienne, d'ocre jaune et rouge, céruse, noirs, et eau par lesquels le combat entre le minéral et l'aqueux, n'est jamais gagné.
La lumière, entre les protagonistes s'insinue et donne la dimension des forces en présence. Nous prenons alors notre mesure face à une nature qui n'est plus celle d'un paradis, tels les paysages de Barbizon ou de Courbet, les accents de Turner ou la peinture chinoise classique.
Isabelle Grangé nous invite à solliciter " in sueri " la création de nouveaux univers.

Daïmôn [2005] - 195 x 114 cm



Image Matrice
195 x 114 cm
2006

" Une invocation du paysage "

Extrait

Isabelle Grangé ne peint pas des paysages, elle fait venir des paysages. D'où?
Aussi bien de ses propres tréfonds,des ses souvenirs, de ses rêves et autres voyages, que de ceux de la matière elle-même, de ses lois opaques, de ses denses enigmes, de ses lourds secrets. Mais ces mondes, aussi convaincants, aussi présents, ne viennent évidemment pas tout seuls.
Il a fallu les appeller.Et il a fallu de l'énergie, du savoir, du savoir-faire, du non-savoir et du non-faire aussi, et même un peu de transe.
Isabelle Grangé suscite un monde comme un médium invoque un esprit ou un shaman son allié. Et il n'est pas d'ailleurs surprenant qu'elle soit inteéressée à ces domaines, certes flous mais au combien puissants et présents de l'expérience humaine.
Probablement même est-ce là, cette approche quasi mediumnique de son travail, qui éclaire son matiérisme d'une lumière si peu matérialiste, en même temps que ses paysages d'une aura presqu'australe...

Gérard Barrière




Image Bleue
195 x 114 cm
2006
Voyages  imaginaires

La lumière. C'est  l'obsession paradoxale d'Isabelle Grangé.
Cette jeune artiste a appris à peindre en étudiant Rembrant et Turner.
Mais elle a aussi compris les messages de Zao Wouki, de Gerhardt Richter, de Mark Rothko, grands maîtres contemporains des subtilités lumineuses.
Conçues dans des tons bruns ou bleutés ( terre, ciel) ses toiles finissent par exploser en noirs profonds, sous lesquels des clartés percent, sous-jacentes, vibrantes.
Ses tableaux sont des navires fous pour les voyages les plus fertiles de l'imagination.

Jacques Bouzerand




Image Solstice de la pierre
2006
Une invocation du paysage

Extrait

" Tremblantes stèles de lumière ou de ténèbres pures, dressées comme des reproches face à des paysages qui les mélangent.
Verticales incertaines comme souvenir d'humain...
Espaces rongés, horizons rognés sur la nuit intérieure. Ecoute des sources sombres, contemplation dans la pénombre, méditation au bord des failles.
Zozen en lisière de gouffres.

Gérard Barrière



Image Les Hautes Terres
2006